Et si la diversité était une chance pour l’école ?
Et si l’histoire de chacun devenait une richesse pour tous les élèves ?

Une classe de CE2 se lance dans l’aventure.
Prêt pour un tour du monde ?

Entrer sur le site

Le manifeste
La diversité, une chance pour l’école

Écouter

Éduquer à la
diversité

Rencontre Capucine, Thibou, Darius et les autres...

  • Walid
  • Yannick
  • Anastasia
  • Sabri
  • Agnisga
  • Moriba
  • Manassé
  • Malik
  • Amira
  • Deivan
  • Cumba
  • Leo
  • Lana
  • Kyrah
  • Capucine
  • Darius
  • Mahamadou
  • Thibou
  • Chéryl
  • Diego
  • Fatou
  • Djeneba
  • Menel
Walid
Yannick
Anastasia
Sabri
Agnisga
Moriba
Manassé
Malik
Amira
Deivan
Cumba
Leo
Lana
Kyrah
Capucine
Darius
Mahamadou
Thibou
Chéryl
Diego
Fatou
Djeneba
Menel

Le manifeste
La diversité, une chance pour l’école

Le manifeste
La diversité, une chance pour l’école

Écouter

Reconnaître le passé
de chaque élève

Un drapeau, cela symbolise quelque chose.

Chaque enfant en a choisi un.

  • Drapeau de Walid
  • Drapeau de Yannick
  • Drapeau d’Anastasia
  • Drapeau de Sabri
  • Drapeau d’Agnisga
  • Drapeau de Moriba
  • Drapeau de Manassé
  • Drapeau de Malik
  • Drapeau d’Amira
  • Drapeau de Deivan
  • Drapeau de Cumba
  • Drapeau de Leo
  • Drapeau de Lana
  • Drapeau de Kyrah
  • Drapeau de Capucine
  • Drapeau de Darius
  • Drapeau de Mahamadou
  • Drapeau de Thibou
  • Drapeau de Chéryl
  • Drapeau de Diego
  • Drapeau de Fatou
  • Drapeau de Djeneba
Drapeau de Walid
Drapeau de Yannick
Drapeau d’Anastasia
Drapeau de Sabri
Drapeau d’Agnisga
Drapeau de Moriba
Drapeau de Manassé
Drapeau de Malik
Drapeau d’Amira
Drapeau de Deivan
Drapeau de Cumba
Drapeau de Leo
Drapeau de Lana
Drapeau de Kyrah
Drapeau de Capucine
Drapeau de Darius
Drapeau de Mahamadou
Drapeau de Thibou
Drapeau de Chéryl
Drapeau de Diego
Drapeau de Fatou
Drapeau de Djeneba

Le manifeste
La diversité, une chance pour l’école

Le manifeste
La diversité, une chance pour l'école

Écouter

Donner de la place aux
parents dans l’école

Voir les interviews dans leur intégralité

  • Interview de ThibouInterview de Thibou
  • Interview de LéoInterview de Léo
  • Interview d'Anastasia'Interview d'Anastasia'
  • Interview de DiegoInterview de Diego
  • Interview de CherylInterview de Cheryl
  • Interview de DariusInterview de Darius
  • Interview de DeivanInterview de Deivan
  • Interview de LanaInterview de Lana
  • Interview d'AgnisgaInterview d'Agnisga
  • Interview de CapucineInterview de Capucine
  • Interview de WalidInterview de Walid

Le manifeste
La diversité, une chance pour l'école

Le manifeste
La diversité, une chance pour l'école

Écouter

Oser les autres langues
que le français

Le manifeste
La diversité, une chance pour l'école

Le manifeste
La diversité, une chance pour l’école

Écouter

Positiver le mot
immigration

Les élèves ont apporté en classe un objet de famille et le racontent.

Découvre-les !

  • Objet de Diego
  • Objet de Djeneba
  • Objet de Fatou
  • Objet de Chéryl
  • Objet de Menel
  • Objet de Walid
  • Objet de Kyrah
  • Objet de Sabri
  • Objet de Lana
  • Objet de Darius
  • Objet de Anastasia
  • Objet de Malik
  • Objet de Cumba
  • Objet de Yannick
  • Objet de Leo
  • Objet de Agnisga
  • Objet de Mahamadou
  • Objet de Capucine
Objet de Diego
Objet de Djeneba
Objet de Fatou
Objet de Chéryl
Objet de Menel
Objet de Walid
Objet de Kyrah
Objet de Sabri
Objet de Lana
Objet de Darius
Objet de Anastasia
Objet de Malik
Objet de Cumba
Objet de Yannick
Objet de Leo
Objet de Agnisga
Objet de Mahamadou
Objet de Capucine

Le manifeste
La diversité, une chance pour l’école

Le manifeste
La diversité, une chance pour l’école

Écouter

Valoriser l’appartenance
minoritaire

Le manifeste
La diversité, une chance pour l’école

Visitez nos pages perso

Le manifeste
La diversité, une chance pour l’école

Écouter

Inscire les élèves
dans la société francaise

Photo de classe - l'Outil

La diversité, cela s’apprend !

Pour poursuivre l’expérience « Photo de classe » menée par Julie Noël à l’école Gustave Rouanet,
nous sommes en train de développer « Photo de Classe, L’outil », à destination
des instituteurs et animateurs pédagogiques.

Des ateliers multimédia à expérimenter en classe pour apprendre à se connaître,
comprendre les différences, et mieux vivre ensemble !

Si vous voulez être tenu au courant du lancement de Photo de Classe, L’outil,
envoyez-nous un mail avec vos coordonnées à

outil@photo-de-classe.org

À bientôt !

Accès aux pages personnages

Clique sur un élève pour découvrir sa page perso

Agniska

Amira

Anastasia

Capucine

Cheryl

Coumba

Darius

Deivan

Diego

Djeneba

Fatou

Kyrah

Lana

Léo

Mahamadou

Malik

Manassé

Menel

Moriba

Sabri

Thibou

Walid

Yannick

Maitresse

Photo de Classe se base sur la «photographie» d’une classe de CE2 dans le 18ème arrondissement à Paris. Pendant une année scolaire,Julie Noël, la maîtresse, a fait travailler ses élèves sur leurs origines et l’histoire de leur famille. Les réalisatricesEstelle Fenech etCatherine Portaluppi ont filmé.

UN DOCUMENTAIRE MULTIMÉDIA SUR LA DIVERSITÉ À L’ÉCOLE

Photo de Classe débute à la rentrée 2012 à l’école Gustave Rouanet : dans la classe deJulie Noël, la plupart des élèves ont des parents ou grands-parents qui ne sont pas nés en France. Cette diversité est le reflet de la mixité croissante de l’école : à Paris, dans le Val d’Oise et le Val de Marne, 40% ont au moins un parent immigré. En Seine et Marne, ils sont plus de 57% !

Au début, les élèves ne savent pas grand-chose sur leursorigines ni sur les raisons de la venue de leur famille en France.Julie Noël met en place des ateliers pédagogiques : des séances d’enquête autour desdrapeaux, des albums et desobjets de famille....

Dans les « débats philo », ils échangent sur leracisme, l’immigration,les symboles de la France. Au cours de l’atelier «langue », les enfants réalisent que leurs camarades parlent eux aussi une autre langue que le français à la maison. Les élèves se mettent aussi à dessiner : ils esquissent leurautoportrait, leur Marianne idéale, leur vision de l’émigration et réalisent l’interface graphique de Photo de Classe.

LES PARENTS RACONTENT POUR LA PREMIÈRE FOIS L’HISTOIRE FAMILIALE

Avec leurs parents, les élèves s’approprient le projet : la moitié des parents acceptent de raconterl’histoire familiale face à la caméra tenue par leur fille ou leur fils. Souvent cette histoire n’a jamais été racontée auparavant.

L’objectif de l’institutrice est d’ouvrir la réflexion et de construire un « vécu collectif de classe grâce à l’histoire de chacun ». Petit à petit, les enfants prennent conscience de leur individualité et de leurs ressemblances. « Ah ! Toi aussi, tes parents sont partis de leur pays à cause de la guerre ? Comme les miens… Mais au fait, ça sert à quoi la guerre ? » se demande Manassé.

Pour la pédopsychiatre Marie Rose Moro, qui signe iciLe Manifeste pour la diversité à l’école, «faire enquêter les enfants sur les origines, leur histoire individuelle et leurs liens avec la grande histoire est un moyen de restaurer de la dignité, de la connaissance et de la reconnaissance. Cela permet aux enfants d’être fiers d’eux et crée un lien formidable dans l’école ».

De fait, les discussions ont été passionnées, sans jamais déraper. Lesdébats étaient parfois drôles car 8 ans est un âge encore sans préjugés, un « âge de latence » selon Marie Rose Moro : comment définir le racisme alors sinon que par l’absurde ?

UNE EXPÉRIENCE COLLABORATIVE QUI S’ÉCARTE DES DISCOURS PRECONÇUS

Photo de classe devient aujourd’hui une expérience documentaire collaborative. Notre ambition est de nous écarter des craintes et des discours préconçus sur l’école, pour faire découvrir que la diversité peut devenir une chance, pour les enfants de migrants mais aussi pour leurs camarades de classe.

UN PARRAIN : LILIAN THURAM

Lilian Thuram, Président de la fondation Education contre le Racisme, parraine Photo de Classe. Pour Lilian Thuram, parler de la diversité à l’école est crucial. Après une enfance en Guadeloupe, lui-même a « découvert le monde » à 10 ans à l’école d’Avon (Seine et Marne). Ses copains étaient d’origine pakistanaise, zaïroise, italienne, libanaise, algérienne, espagnole. « Ce moment d’ouverture explique beaucoup de ce que je suis aujourd’hui dans la vie.»

BIENTÔT, UN OUTIL PÉDAGOGIQUE

Ce documentaire a pour vocation d’inspirer d’autres instituteurs pour valoriser la diversité dans leur classe. Un «kit pédagogique » Photo de Classe est en cours de développement. L’expérience se poursuit… Nous espérons que vous continuerez à la partager avec nous.

Crédits

Réalisation
audiovisuelle

Catherine Portaluppi et Estelle Fenech
Images : Estelle Fenech,
Assistées de Solène Ducretot,
Amine Berrada et Raphaël Renard

Design
et direction artistique

Irvin Anneix
avec l'aide des enfants de la classe,
Liam, Arthur et Marième.
Merci à Jérôme Pidoux.

Développement

Switch - L'agence front-end

Switch

Montage

Mélanie Braux, assistée d'Irvin Anneix
Avec l'aide de Laura doupeux.

Conception multimédia
et production

Laurence Bagot, Cécile Cros
et Irvin Anneix

Post-production

Musique originale : Ludovic Poulet
Mixage : Nicolas Lordier
Étalonnage : Jean-Baptiste Mihout
et Raphaël Renard
Animations : Irvin Anneix

Un grand merci à Marie Rose Moro,
à tous les enfants et leurs parents.
Un grand merci à Julie Noël, la maîtresse,
ainsi qu'à Damien Roudeau.

  • Produit parNarrativeCécile Cros et Laurence Bagot
  • Diffusé parTV5 MondeHélène Zemmour et Cécile Quéniart
  • En partenariat avec
    • Courrier internationalÉric Chol, Paul Chaine
      et Hamdam Mostafavi
    • AstrapiBayardAgnès Rochefort-Turquin
      et Lucie Tourette
  • Avec l'aide duCNC

La diversité,
une chance pour l'école !

Le manifeste de Marie Rose Moro

Article 1

Éduquer à la diversité

Une directive européenne de 2009 souligne « l'importance de développer les compétences en communication interculturelle des enfants, à la fois des enfants de migrants et des enfants du pays d'accueil. » Elle est encore inappliquée en France. L'école doit reconnaître et accompagne la différence des enfants. C'est ainsi que peut naître du lien social et de la fraternité entre eux.

Écoutez l'article :

Article 2

Reconnaître le passé de chaque élève

L'école française considère une classe comme un groupe au sein duquel l'enfant se déshabille de son histoire personnelle et devient « élève moyen ». L'école doit valoriser les affiliations de chacun pour permettre à tous les enfants de se positionner dans leur histoire et dans l'histoire collective.

Écoutez l'article :

Article 3

Donner de la place aux parents dans l'école

Opérons un changement de paradigme ! Il faut réconcilier le monde de la famille et celui de l'école et reconnaître les savoirs des parents, y compris quand ceux-ci, venus d'autres cultures, comprennent mal le système scolaire. L'enfant doit pouvoir passer du monde de l'école à celui de sa famille harmonieusement. 

Écoutez l'article :

Article 4

Oser les autres langues que le français

 Le Français est sacralisé à l'école : il est la langue unique même quand les élèves en connaissent d'autres. Or les études montrent que préserver sa langue maternelle permet de mieux maitriser le Français. L'école doit encourager les enfants à cette pluralité, leur montrer combien le multilinguisme est un atout.

Écoutez l'article :

Article 5

Positiver le mot immigration

 Positiver le fait migratoire pour aider les enfants à se sentir citoyens du monde contemporain, qui est multiculturel, fera d'eux des adultes plus ouverts. Il faut le faire à l'école quand les enfants sont jeunes avant que les préjugés s'installent. 

Écoutez l'article :

Article 6

Valoriser l'appartenance minoritaire

 Beaucoup d’enfants de migrants sont dans une situation de vulnérabilité et parfois d’échec scolaire en raison de leur appartenance à une minorité qui n’est pas reconnue. On valorise le bilinguisme d’un petit « Britannique ». Pourquoi ne pas faire de même avec l’élève sri-lankais, qui parle couramment le tamoul ? 

Écoutez l'article :

Article 7

Inscrire les élèves dans la société française

 Plus que l’intégration, l’inscription dans la société française est un processus dynamique qui implique des brassages, des métissages : on adopte un certain nombre de valeurs sans renoncer à son altérité. On devient français par désir et non parce-que l’on est contraint d’occulter son histoire personnelle. 

Écoutez l'article :